GanGlOl


 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Maison Passive

Aller en bas 
AuteurMessage
H2Omen
Guerrier

avatar

Nombre de messages : 534
Age : 42
Localisation : FRANCE
Date d'inscription : 22/09/2004

MessageSujet: Maison Passive   Lun 2 Oct - 21:39

source: http://perso.orange.fr/archicaro/index.htm

1. EVOLUTION DE LA DEMARCHE ECOLOGIQUE

Construire en fonction du climat a toujours été le moteur de l'architecture de logement. Ce n'est que depuis peu finalement, que l'homme construit sans se soucier de l'environnement extérieur, les chauffages électriques, fioul ou encore charbon s'étant fortement développés et démocratisés. L'épaisseur des murs n'était plus un problème, car on pouvait surchauffer les pièces facilement.

C'est depuis la fin du 19ème siècle et plus encore au début du 20ème siècle que le pétrole a pris toute son importance comme combustible en vue de produire de l' énergie puis, dans l' entre-deux guerres , comme matière première pour la production de multiples matières plastiques .

Le développement des transports motorisés , et notamment de l' automobile , des applications pétrochimiques et de la consommation énergétique en général, a démultiplié les besoins mondiaux en pétrole.

Pour les pays consommateurs de pétrole, lorsqu'ils ne le produisent pas eux-mêmes, l' importation de pétrole représente un poste de dépense extérieure très important.

Ainsi, la plupart des pays sont fortement dépendants des cours pétrolier ; si bien que la forte augmentation des cours du pétrole imposée en 1973 par les pays producteurs ( à la suite de la création de l' OPEP ) a eu des conséquences très marquées sur la santé économique des pays industrialisés et a été le point de départ d'une longue crise économique : ce fut le premier choc pétrolier . Le deuxième choc pétrolier a eu lieu en 1979 , lorsque l'OPEP releva encore les prix de vente du pétrole.

C'est pour limiter leur dépendance vis-à-vis des importations de pétrole, et donc par rapport aux pays producteurs, que beaucoup de pays consommateurs ont cherché par la suite à développer diverses stratégies : réduction de leur consommation en faisant des économies d'énergie , développement de filières de production locale d'énergies alternatives comme le nucléaire , l'énergie hydro-électrique ,
solaire , géothermique ou encore éolienne .

Un logement construit aujourd'hui consomme deux fois moins d'énergie qu'un logement réalisé au début des années soixante-dix. Le chauffage et la production d'eau chaude représentent cependant encore un quart de l'énergie consommée en Europe et contribuent dans la même proportion à la production des émissions de CO2.

Actuellement la protection contre le chaud est aussi importante que celle contre le froid. En Europe, par exemple, dès que la température extérieure dépasse onze degrés il devient nécessaire de rafraîchir les espaces de bureaux, notamment ceux des immeubles densément équipés et occupés. Selon des études, la climatisation consomme seize pour cent de l'électricité aux Etats-Unis, par exemple. L'installation de systèmes de climatisation, déjà fortement implantés dans le tertiaire, augmente sans cesse dans le logement privé. Suite à la canicule de l'été 2003, la vente de climatiseur durant le printemps 2004 a grandi de manière importante, au point d'atteindre la rupture de stock.

Cette surconsommation énergétique liée au confort prend des proportions plus qu'inquiétantes au niveau environnemental. Elle a des répercutions sur le climat et la santé des terriens.

A l'heure où la France se réveille et prend conscience du problème de l'écologie, ses constructions continuent à consommer de l'énergie à outrance. Plus que le coût du bâtiment respectueux de l'environnement, c'est un désintérêt écologique de la classe politique et des municipalités qui est responsable du non développement de quartiers verts en France. De manière générale, ce ne sont que des propriétaires engagés qui commandent ce genre de maison dans notre pays.

Ce n'est que grâce à une volonté politique forte que ces habitats écologiques peuvent se développer.


Dernière édition par le Lun 2 Oct - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H2Omen
Guerrier

avatar

Nombre de messages : 534
Age : 42
Localisation : FRANCE
Date d'inscription : 22/09/2004

MessageSujet: Re: Maison Passive   Lun 2 Oct - 21:39

1.a) L'Environnement et le Monde : évolution des lois et des mentalités

C'est en 1972 lors du premier sommet des Nations Unies sur l'Homme et l'environnement à Stockholm, qu'apparaît pour la première fois le terme de développement durable : développement qui doit répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Naît aussi une idée de concilier les critères écologiques, économiques et sociaux.

En 1900, la Terre abritait un milliard et demi d'habitants. En 2000 nous étions près de six milliards. Un tel boom démographique s'accompagne d'une hausse importante de la consommation des ressources énergétiques et d'une augmentation des gaz à effet de serre dans l'air. Ceci a pour conséquence un dérèglement climatique. Face à ce problème, les différentes nations du monde se sont retrouvées à maintes reprises afin de tenter d'y remédier, en rédigeant des chartres et des lois. C'est dans cette optique que les Nations Unies se réunirent en 1992 à Rio de Janeiro pour le Sommet de la Terre. En naît la Déclaration de Rio, à laquelle s'ajoute un programme de développement pour le 21 ème siècle : Action 21 ou Agenda 21. Il y est question notamment de promouvoir un modèle urbain viable dans les pays en voie de développement, ou encore d'intégrer des préoccupations écologiques dans les processus de décision. En 1996, les accords de Kyoto marquent un pas en avant dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. De 2008 à 2012, les pays signataires s'engagent à ne pas dépasser, en moyenne, le niveau d'émission de gaz à effet de serre de 1990. En France, cela signifie une réduction de seize millions de tonnes-équivalent carbone ( tec ) ; dont une contribution de seize et demi pour cent pour le bâtiment. Pour cela il faut réduire la consommation d'énergie, remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables et stocker du carbone ( à l'aide de puits à carbone, par exemple ). Actuellement avec les moyens techniques à notre disposition, il est possible de réduire de moitié environ la consommation en énergie et en eau potable, ainsi que la production des déchets ou encore de minimiser la pollution liée au bruit, etc.

En novembre 2000, la conférence mondiale sur le climat à La Haye renforce les accords de Kyoto dans l'idée de réduire impérativement l'émission des gaz à effet de serre. Aux Chartres internationales s'ajoutent des réglementations européennes et des lois propres à chaque pays.

Production des gaz à effet de serre par secteur
Le bâtiment est responsable du tiers des émissions de gaz à effet de serre. En France, ce secteur est responsable de dix-sept pour cent des émissions de CO2 et de près de vingt-six pour cent des émissions de gaz à effet de serre ( en 2000 ). Il est par conséquent nécessaire de réaliser les bâtiments dans le soucis du développement durable et de l'équité sociale. Une réalisation durable abordable suppose une optimisation de la relation architecture-technique-coût .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H2Omen
Guerrier

avatar

Nombre de messages : 534
Age : 42
Localisation : FRANCE
Date d'inscription : 22/09/2004

MessageSujet: Re: Maison Passive   Lun 2 Oct - 21:40

1.b) L' Environnement et l'Europe : un objectif, différentes solutions

Depuis le Sommet de Rio, l'Europe encourage et développe la démarche environnementale, notamment en l'appliquant à l'architecture et à l'urbanisme. Elle joue un rôle moteur dans la mise en place d'alternatives écologiques à travers la normalisation communautaire et certains programmes expérimentaux : EC 2000 sur l'énergie et le confort, Sunh ( Solar Urban Housing ) sur l'énergie solaire, Cepheus ( Cost Efficient Passive Houses as European Standard ) pour un habitat passif économiquement efficace.

Le projet pilote CEPHEUS a été mis en place par la Commission européenne pour réduire les émissions de CO2 au niveau domestique. Il concerne deux cents cinquante logements individuels ou collectifs construits entre 1999 et 2001 dans cinq pays d'Europe. Quarante de ces logements ont été construits en 2001 à Rennes et ne représentent que 0,013 % des logements construits en France durant la même année. CEPHEUS a pour objectif de prouver qu'en diminuant radicalement la consommation d'énergie de chauffage, il est possible de supprimer à terme l'emploi des combustibles fossiles dans l'habitat et de couvrir les besoins avec des énergies renouvelables non polluantes. Ce programme souhaite également démontrer que ce type de construction est viable et efficace dans toute l'Europe, à condition de s'adapter aux lieux et aux climats.

Ces réalisations respectent les exigences du label Habitat passif définies par Wolfgang Feist . De surcroît le prix global des investissements et du coût d'exploitation relativisé sur trente ans ne doit pas dépasser celui d'une construction conventionnelle.

En plus des normes européennes, chaque pays créé ses propres lois et réglementations, ainsi que ses objectifs à atteindre. L'Europe du nord et centrale montre l'exemple.

L'impact d'un bâtiment sur son environnement varie selon son implantation, sa forme, sa structure, ses besoins énergétiques et les matériaux mis en ouvre. Ainsi un bloc de maisons mitoyennes reparties en bandes est plus économique financièrement et énergétiquement que le même nombre de maisons disposées de façon individuelle. De même, ce nombre de logements réparti dans un immeuble collectif sera encore plus économique.

Dans les pays comme l'Allemagne, l'Autriche ou la Suisse, la construction de logements mitoyens est encouragée par des programmes régionaux et locaux. En Bavière ( Allemagne ), le gouvernement a lancé dès 1996 un programme pilote intitulé « Modèles de lotissements »
( Siedlungsmodelle ), concernant environ sept mille logements ( vingt mille habitants ) répartis dans douze communes. Il concerne la construction de maisons en bandes ou jumelées répondant aux exigences des labels Habitat à basse énergie et Habitat passif.

La Suisse s'est fixée pour but une diminution de dix pour cent des émissions de CO2 avant 2010. Pour cela il a été créé le concept Minergie , qui regroupe associations, écoles et entreprises. Ses objectifs sont définis par des exigences quantifiées avec des valeurs maximales de consommation de chauffage et d'électricité. Une réalisation Minergie ne consomme qu'environ trente-cinq pour cent de l'énergie utilisée par une construction neuve conventionnelle.

Les bons résultats et une forte promotion permettent à ce concept de se développer et de bénéficier d'avantages financiers bancaires.

Pour approfondir cette démarche, la Suisse a développé récemment le label MinergieP , issu du mariage des labels Minergie et Maison Passive. Ses exigences écologiques sont plus poussées.

La France, quand à elle, a développé et rédigé la démarche HQE : démarche haute Qualité Environnementale, développée dans les pages annexes. Elle regroupe quatre grands thèmes : écoconstruction , écogestion , confort et santé. Pour obtenir la désignation de construction HQE, le bâtiment se doit de répondre aux quatorze critères définis par la démarche. En 2001, deux cent cinquante projets ont été labellisés HQE .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maison Passive   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maison Passive
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guide d'achat Maison Martell
» Appartement, maison à louer ou vendre §
» De la maison neutre
» Maison dans le jeu de cartes
» La nouvelle maison: "Next Generation"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GanGlOl :: Ecologie :: Habitat-
Sauter vers: